mercredi 25 avril 2012

Transport - Histoire de Tramway

Le Tramway aux Etats-Unis: l'histoire d'une disparition



Tramway de Toronto

Campagne "tramway à Montréal"



Si aujourd’hui, on observe un retour en force du tramway en occident, il y a quelques années celui-ci disparaissait de nos villes au profit de la voiture. 
Prenons le cas des Etats-Unis, jusque dans les années 50 de nombreuses villes comme New York, Los Angeles ou Philadelphie possédaient un réseau de Tramway avec de nombreux usagers, preuve de la solidité de son implantation. Cependant, à partir des années 20-30, ce système de transport va être confronté à un adversaire redoutable qui va entraîner sa chute et son remplacement par d’autres solutions moins efficaces et extrêmement coûteuses.

Un adversaire puissant : l’industrie automobile




Alors que les réseaux de tramway sont solidement implantés dans les villes américaines, les industriels de l’automobile vont s’appliquer à les démanteler.

A partir des années 20, les industriels de l’automobile veulent promouvoir la voiture individuelle dans le seul objectif d’augmenter les ventes et leurs profits. C’est alors que plusieurs industriels comme la General Motors, Firestone et la Standard Oil de Californie vont s’allier et mettre en place une stratégie offensive pour imposer à l’opinion publique une solution de transport urbain polluante, inefficace et extrêmement coûteuse.

Dans un premier temps, ils vont mettre en place une entreprise « écran » : la « National City Line ». Cette entreprise gérée par ces industriels va avoir comme principale tâche de racheter les sociétés de transport en commun de douzaines de municipalités. Une fois ces compagnies de transports sous leur contrôle, leur seconde action est de remplacer l’ensemble du parc de tramway électrique par des bus de la marque « GM »…
Compagnie Pacific Electric Railway, victime de cette stratégie
Tramway de Saint-Louis: voiture de 1947
Pile des voitures rouges mythiques de la Pacific Electric, Terminal Island, Los Angeles
Autobus "GM", 1955

Un lobbying efficace…


Présentation de la ville de demain selon General Motors en 1939
Publicité bus New-York, 1935


Cette politique de rachat et de remplacement va être accompagnée d’une action politique. Cette action va être menée par la « National Highway Users Conference », groupe de défense représentant de nombreuses entreprises dans le secteur de la construction automobile et de la route, fondé par « GM » en 1932. 

Ce groupe va réussir un double pari à cette époque. Ils vont tout d’abord réussir une campagne de communication sur la promotion du développement du réseau routier comme solution à la congestion et à la sécurité. Leur second succès va être fatal aux réseaux de tramways électriques dans 45 villes nord-américaines. Ils vont réussir à faire valoir auprès de l’autorité fédérale que toutes les recettes de taxes sur les carburants aux États-Unis soient réutilisées pour financer des projets routiers. 


Ce lobbying va permettre aux industriels de l’automobile et du pétrole d’asseoir leur monopole et ainsi assurer l’avenir de leur industrie pendant plusieurs décennies.

Une conspiration découverte en 1949


Les autorités vont découvrir le complot seulement en 1947, après trois décennies pendant lesquelles les réseaux de tramways vont s’effacer au profit de la voiture et des autobus. 

En 1949, après un procès de deux ans, ces industriels ont été reconnu coupable de complot et de conspiration pour volonté de monopoliser les transports en commun aux États-Unis. Chaque industriel a écopé d’une peine de 5000 $ d’amende…

En contre partie, cette stratégie de démantèlement a payé et permis aux industriels de développer leurs profits de quelques millions de dollars…


Ancien siège de GM, le "Cadillac Place", 1923

SIège actuel de GM, Le " Rennaissance center ", 1977

Aujourd'hui…


Alors que de nombreux Etats tentent de répondre au défi du changement climatique et à la réduction d’émission des gaz à effet de serre, quand est-il de leur rapport avec les industriels ? Comment ces industriels préparent-ils l’arrivée de l’énergie électrique dans nos voitures ?



Petite lecture:



RÉSUMÉ DU LIVRE


Un document édifiant où l'on apprend que la propagande politique au XXe siècle n'est pas née dans les régimes totalitaires, mais au coeur même de la démocratie libérale américaine.



E.BERNAYS, "Propaganda", Edition La découverte, 144p, 2007.

Petit bonus:

Un document vidéo de l'époque qui vous présente la vision de l'avenir selon General Motors...


Enregistrer un commentaire
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...